orientation

Besoin d'aide
pour vous
orienter ?

Orientation Carrière > Articles > Se réorienter en cours d'année

Se réorienter en cours d'année

Cette année ne se passe pas comme vous l’espériez ? Vous avez le sentiment de ne pas être fait pour vos études actuelles ? Si vous avez déjà pris la décision de vous réorienter, pourquoi ne pas le faire en cours d’année ? Il existe de nombreuses possibilités, en fonction de votre cursus ou de votre établissement, qui vous permettront peut-être de changer de voie sans avoir à tout reprendre à zéro.

Beaucoup d’étudiants, qui commencent un cursus en université, en prépa, en BTS, ... réalisent en cours d’année qu’ils ne sont pas faits pour les études qu’ils ont choisies. Dans cette situation, la plupart pensent à abandonner pour se réinscrire l’année suivante dans une autre filière. Pourtant, il n’est pas forcement nécessaire de “perdre” une année.

Si après les premiers mois de formation, vous avez pesé le pour et le contre, et vous êtes arrivé à la conclusion, que décidément, vous n'étiez vraiment pas fait pour cette voie d’étude, alors ne perdez pas de temps !

Sachez que la réorientation en cours d’année est envisageable, même si elle n’est pas toujours simple à mettre en oeuvre. Il faut s’y prendre le plus tôt possible, idéalement aux alentours de novembre ou décembre.

Quelles sont les possibilités de réorientation ?

Plusieurs types de formation acceptent des étudiants en cours d’année : certaines licences universitaires, BTS, IUT ou écoles privées. Quelle que soit votre formation initiale, sachez que vous pouvez vous réorienter de façon relativement souple.

Si vous êtes en université, il est important de ne pas lâcher prise, et de s’accrocher pour valider votre premier semestre. Vous aurez ainsi 30 crédits ECTS, qui vous permettront de vous réorienter plus facilement.

Hors université, ce qui importe avant tout c’est votre dossier et votre projet ! Si vous avez une bonne scolarité, et que vous défendez votre projet en entretien ou dans une lettre de motivation, vous avez des chances d’être accepté dans l’établissement visé. En “négociant” avec les responsables de votre filière, vous pourrez obtenir des équivalences. Certains établissements vous répondront en revanche d’attendre l’année prochaine. Si vous ne voulez pas perdre six mois, essayez de faire un peu de forcing : l’audace et l'insistance sont parfois payantes !

Vers une licence

Si vous êtes issu d’une université, vous pouvez assez facilement changer de licence, dans votre établissement ou dans un autre. En restant dans la même université, vous pouvez soit changer de licence, soit simplement permuter vos options : votre majeure devient mineure, et vous vous concentrez sur votre ancienne mineure. Par exemple, un étudiant inscrit en licence de communication (majeure) avec un parcours lettres (mineure) pourra échanger ses options pour reprendre au second semestre une licence de lettres.

Si vous venez d’un autre type de formation, vous pouvez également intégrer une première année de licence (L1) au second semestre. Il existe des dispositifs comme des cours de remise à niveau, de méthodologie universitaire, d’aide à la réussite, ou d’enseignants référents, pour vous permettre de réussir. Des universités comme Evry, Paris III, Paris IV, Paris V, Paris VI, Paris VIII, Paris X, Paris XII, Paris XIII, ou encore Versailles St Quentin, proposent de tels dispositifs, qu’il s’agisse du soutien ou de la réorientation en cours d’année.

Vers un BTS ou un DUT

Certains BTS et DUT proposent une rentrée décalée. Il s’agit de suivre une année normale (mêmes cours), mais décalée dans le calendrier (qui commence généralement en février). Pour y être accepté, il faut donc s’y prendre à l’avance, aux alentours de janvier (voire avant).

Certaines universités proposent à leurs étudiants de L1, en difficultés au premier semestre, des dispositifs appelés passerelles d’accès au BTS et menant également vers des IUT. L’accès aux rentrées décalées se trouve donc facilité, même s’il faudra toujours constituer votre dossier. Marne la Vallée, Paris I, Paris III ou Paris IV par exemple proposent ce service.

Si votre établissement ne vous aide pas, il faudra faire les démarches vous-même, en déposant votre dossier vers janvier (jusqu'à mars). Vous aurez parfois à passer également un entretien. Par ailleurs, certains BTS étant très demandés, comme la communication ou le management, il est important de disposer d’un bon dossier scolaire (d’où l'intérêt de ne pas abandonner son premier semestre !).

Vers une école privée

Les quelques écoles privées qui recrutent encore en cours d’année sont assez souvent des écoles de commerce et d’ingénieurs (mais il existe d’autres spécialités !). De plus en plus d’écoles spécialisées fonctionnent en outre sur le modèle de la rentrée décalée. C’est le cas par exemple de la WIBS, de l’ESGCI, de l’ISEG ou de l’ESA pour les écoles de commerce. Pour bien choisir votre école, nous vous conseillons vivement de vous renseigner sur son classement et sur la reconnaissance de ses diplômes (par l’état, par les entreprises...).

En ce qui concerne les écoles d’ingénieurs, certaines écoles proposent également une première année de classe préparatoire accélérée (qui commence en mars pour 5-6 mois), afin de passer l’année suivante directement en deuxième année. C’est le cas d’écoles comme l’EPITA, l’ECE, l’ESIGETEL, l’ESILV, l’IPSA ou l’ESME Sudria. Il s’agit d‘un semestre intensif en volume horaire et en charge de travail. Pour être accepté, il faut généralement venir de prépa maths sup, concours de médecine (PACES) ou première année de licence scientifique.

Précisons que ce système se développe de plus en plus, et que même si rien ne figure sur le site internet des écoles qui vous intéressent, il ne faut pas hésiter à contacter directement les établissements. Vous pourriez être agréablement surpris.

Vous êtes en classe préparatoire ?

Pour réussir en classe préparatoire, il faut avoir conservé une certaine capacité de travail inexploitée, et être capable de fournir un travail régulier. En outre, la soif d’apprendre et la curiosité intellectuelle sont des qualités importantes pour s’adapter au rythme soutenu. Si vous constatez que vous n'êtes pas fait pour la prépa, il est possible d'envisager une réorientation.

Si vous souhaitez vous réorienter vers un BTS ou un DUT, vous pouvez terminer votre année afin de bénéficier d’éventuelles équivalences, ou bien opter pour la solution des rentrées décalées (voir plus haut).

C’est véritablement la réorientation en université qui vous offre le plus de possibilités. Si vous vous rendez compte dans les premières semaines que vous n’êtes pas fait pour la prépa, vous pouvez en général vous réorientez facilement vers un premier semestre de licence. En effet, les rentrées de prépas s’effectuent vers septembre, contre octobre pour l’université. De plus, un certain nombre de classes prépas sont en partenariat avec des universités et proposent des inscriptions en cumulatif (vous êtes donc inscrit de fait aux deux cursus). Ainsi en cas de changement, les démarches administratives sont largement simplifiées.
L’autre alternative, plus courante pour rejoindre l’université est de terminer sa première année de prépa. Vous disposerez alors de 60 crédits ECTS, afin de vous réorienter, par exemple en L2. Une commission composée des responsables de la prépa et de l’université, se réunira en fin d’année universitaire (vers juillet) pour examiner votre candidature.
Enfin, il existe une solution intermédiaire, qui peut vous permettre de passer en licence au second semestre. Cela nécessite toutefois d’avoir été assidu et travailleur durant les premiers mois de la prépa. C’est la condition nécessaire à l’obtention des 30 crédits ECTS qui vous ouvriront les portes de la licence. Ainsi, pas de panique si vos notes ont chutés ces derniers mois, du moment que vous n’avez pas tout lâché.


Quel que soit votre choix de réorientation et le moment ou vous décidez, il vous faut montrer votre motivation et ne pas hésiter à vous renseigner auprès des établissements que vous visez. Il est important que la personne qui étudie votre demande réalise que vous vous réorientez par choix et non de façon subie ou par défaut. C’est pour cela qu’il ne faut pas lâcher vos enseignements et continuer si possible à les valider. Votre volontarisme et votre motivation seront incontestablement les clés du succès de votre réorientation.

Point Info : cet article vous est présenté par le cabinet Orientation Carrière, spécialisé dans l'orientation scolaire et professionnelle. Nos conseillers vous accompagnent tout le long de votre scolarité. Retrouvez nos services pour les étudiants ici.

Partagez cet article :